Il y a un an que vous êtes parti, choisissant le jour, le lieu, l'heure et la manière.

A peine trépassé, ce fut un beau spectacle que ces meuglements de boutinistes fraction dure, ceux et celles qui couinent que "les z'homos c'est des z'animaux" (entendu de mes propres oreilles à Nancy, pas inventé) sans se demander si certaines cheffes de files de partis-ligues de vertu avec leur cousin germain, ce n'était pas un peu contre-nature ou contre ordre social non plus (Rien qu'à cette déclaration, je vais tous vous inciter à épouser vos cousin(e)s, ce sera le dernier chic, je sens ça). Les pédés qui s'enculent étaient et sont un tel danger pour la France qu'on s'était mêlé à la frange musulmane intégriste (ça c'est pas dangereux, ils le disent à la télé) pour le hurler, et qu'on en profitait pour achever "l'âme éternelle" de quelques païens mécréants déjà morts.

Bref, pire que ces animaux là, il y a les créatures vomies par l'enfer et qui y retournent sous les tombereaux de merde des planqués de la messe intégriste en wolof. En un geste d'esthète, vous étiez passé de vieille éminence grise respectée à vulgaire mécréant, sacrilège, infidèle, "Brûle en enfer!" (le truc que les Anglo-Saxons mettent à la mort de chaque grand méchant dans chaque film -y compris quand ça se passe chez les Taoïstes, c'est vous dire notre niveau d'indépendance intellectuelle, les mecs!), j'en passe et des meilleures. Le dernier kéké catho-tradish (ou kaddish ou caniche) rêvant désormais uniquement de la destruction de Bruxelles, Luxembourg, Strasbourg et Berlin mais prenant ses ordres à Rome (jolie ville, hein, j'ai pas dit...) se permettait de vous donner des leçons du haut de son respect du Verbe divin levantin de la tendre enfance à son âge déjà bien avancé. Ben oui, un ratichon vivant vaut mieux qu'un loup mort. Eh puis, comparé à Christine B. (le nom entier a été masqué pour éviter un procès et des éructations), qu'avez-vous donné comme cartouches intellectuelles à notre nébuleuse...nébuleuse, hein d'abord? Avez-vous contribué en quoi que ce soit à un quelconque combat pour que les Blancs ne se fassent pas bouffer sur leur propre territoire? Y a-t-il eu jamais la moindre dignité dans vos actes, mécréant? Que n'êtes-vous allé écouter les sermons de notre nouveau curé africain? Que n'avez vous écouté ceux de nos aînés par Jésus-Christ en la seule et vraie Foi? 

On ne comprendra jamais la totalité des tenants et aboutissants qui ont guidé votre geste, malgré quelques indices laissés sous votre plume, et nous savons qu'une frange de la mouvance, qui n'est qu'Amour de la vérité vraie, tape très vite sur ce qu'elle ne comprend pas. C'est que la Vérité c'est plus confortable que le réel et ses mystères.

Votre disparition nous a beaucoup attristé, nous, lecteurs de la NRH et de vos ouvrages, moins par la relativement belle mort que vous vous êtes choisie (la mort est notre lot commun) que par le fait qu'à une époque où le GRECE devient lui-même tiers-mondiste, vous nous avez laissés seuls dans la nébuleuse avec Christine B-CENSURE- aux manettes. Nous ne vous remercions pas pour cela. Pour le reste, 

Tous les honneurs soient rendus à votre mémoire, Dominique Venner. Car depuis que vous êtes parti, "il ne reste plus grand chose", comme me l'écrivait quelqu'un.

Ah, oui, et puissé-je rôtir en enfer pour avoir écrit ces insanités. On y est sans doute mieux entouré.