Après la bénédiction papale et celle de de Monseigneur Wawa, c'est au tour de Saint-Fan (cherchez pas dans le calendrier, de toute façon vous pouvez lui souhaiter et lui faire sa fête tous les jours) de clore la liste des nombreuses homélies funèbres prononcées à l'occasion de la mort du Général De Gauche de Nelson Mandela. Le célèbre marabout sarrois a béni la mort, enfin la dépouille mortelle de l'ancien terroriste marxiste racialiste tueur de Blancs Président et père de la nation sud-af'. Devant l'assemblée réunie, le saint homme (qui dit être un blaireau -et nous le croyons sur parole) a présenté laconiquement l'Afrique du Sud et la culture zouloue comme l'avenir du monde entier et que la vuvuzela était l'avenir de la culture mondiale, sous les applaudissements polis du gotha et ceux enthousiastes d'Aurélie Filipetti devant son poste de télé. Condoleeza Rice, qui suivait l'évènement tout en jouant le premier mouvement de la deuxième Nocturne de Chopin, aurait été victime d'une mort subite en entendant cette émouvante perspective.

Regardant sa montre, se rappelant qu'il avait rendez-vous avec le Père Noël à Buffalo (ou Buffalo Grill, je sais plus!) et qu'il devait lui rendre le traîneau qu'il lui avait emprunté, il a béni la foule en ouvrant les bras et en criant "Héwé Mandépula!" sous les ovations. Sa Sainteté s'est ensuite envolée comme par magie, provoquant l'ire d'une cuisinière qui aurait volontiers servi les rênes en brochettes au banquet funèbre.