-Il n'y a qu'un bourgeois pour faire ça! Enfin un facho, c'est pareil!

-...

-Quoi, c'est vrai, je suis écoeuré, t'as vu comment il a joué avec la vie de notre ami... merde, au fait quelqu'un se souvient de son nom? Enfin quoi t'es là tranquille sur ton lieu de travail et boum, n'importe quel con peut débarquer et te trucider comme on écrase une fourmi, comme si ta vie n'avait aucun sens.

-Oui, bon, arrête, c'est une logique de petit commerçant ça!

-Cela ne peut être qu'un facho, regarde sa tronche, on dirait Dominique Venner ressucité avec plein de kilos en plus...

-Dominique qui?

-(...) C'est vrai, laisse tomber, en fait je mentionnais juste ce commentaire pour notre lectorat facho de la réacosphère (ou l'inverse je sais plus) qui adore détester nos scènes de caca nerveux. M'enfin regarde, c'est lui.

-Oui, ô moi les fantômes...

-Quoi les fantômes n'existent pas? Les réacs ne sont-ils pas de toute façon des morts-vivants sans âme, une menace fantôme.

-Alors tu crois vraiment que ce monsieur est revenu d'entre les morts pour souhaiter Halloween en retard à son banquier et à ces sales fils de bourges de BFM, et pour zigouiller un assistant photographe à la noix dont tout le monde a oublié le nom.

-Ne dis pas ça, aujourd'hui Machin... enfin personne connaît son nom? Machin disais-je est notre martyr contre l'hydre fasciste, il est tombé en héros... enfin mortellement blessé... enfin il va mieux.  

-Tu crois que c'est eux?

-C'est un blanc, tu l'as vu comme moi habillé en Sologna (marque déposée, toussa). Un cousin de Breivik, peut-être même Varg Vikernes après un accident de crème dépilatoire.

-Oui bon, je veux bien qu'on a tout fait pour que l'hypothèse facho soit privilégiée, entre le contexte malsain engendré la MPT et les Bonnets Rouges qui empêchent notre gouvernement de mener clairement une politique de gauche, Me Taubira qui ne peut plus sortir de chez elle sans un régiment de la Garde républicaine et qui ne peut plus manger de fruits sans arrière-pensée; entre la radicalisation des fachos radicaux de la droite radicale (Bayrou inclus); et la pauvre Leonarda...

-Oui, pourvu que ce soit un facho!

-Ne tweete pas ça s'il te plaît, on risquerait d'avoir l'air con, pour changer... 

(La radio) < Bonjour, Abdel Trukmuch, ancien copain du couple mythique tueur de flics et de chauffeurs de taxis qui ont tant inspiré les z'artistes, revendique l'attaque de Libé en invoquant un complot fasciste >

-Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!

-Retournez tous à vos postes, ce n'est pas l'alarme à incendie, c'est juste Jean-Rémi qui pique une crise.

-Fascistes nous? alors que nous seuls sommes abilités à dire ce qui est fasciste et ce qui ne l'est pas?

-Attends que je réfléchisse, est-ce que ce n'est justement pas ça, l'attitude totalitariste? 

-(...) Un conseil, dégage avant que je prévienne la CGT.

-Hinhinhinhinhinhin.

Jean-Rémi tourna le visage en direction de Constant pour le traiter de sale bourgeois et le griffer, comme il avait vu une pute le faire dans un film. Il fut surpris de l'efficacité de son coup qui arracha toute la peau du visage de l'ennemi du peuple, et son sang se glaça quand le ricanement refusa de cesser. Le journaliste releva la tête, se préparant au choc de ce qu'il allait découvrir. Il savait d'emblée que Constant gisait froid dans quelque recoin sombre de l'agence, et que ce sort l'attendrait sous peu.

Devant lui, une créature qui n'aurait pas dû exister à cette taille ni se tenir sur deux pattes était pliée d'un rire méchant. Il ressemblait un peu à un panda anorexique sous ecstasy et fixait le malheureux journaliste d'un oeil dont les couleurs fluctuaient du rouge vif au noir brillant. Jean-Rémi mourut de la même façon que Constant: dans un accès d'ire impuissante provoquée par ce regard meurtrier, il perfora un ulcère gastrique, ce qui engendra une hémorragie cataclysmique. Quant au démon mystérieux, on raconte qu'il partit sauter à la corde une fois son forfait accompli.