J'apprends aujourd'hui, près de deux mois après les faits, la mort brutale de Vladimir Dimitrijevic, fondateur des éditions L'Âge d'Homme.

J'ai été très heureux de le rencontrer tous les ans lors du Livre sur la Place de Nancy, où d'année en année le personnage restait d'une constante amabilité. Je n'oublierai jamais ce jour de 2005 où il m'offrit "L'Evangile du Rien". Un cadeau de cette valeur m'avait presque embarassé à l'époque. 

Je ferai sans doute un tour à la prochaine édition, mais "Dimitri" n'y sera plus. Peut-être arpentera-t-il encore les allées du salon dans les quelques coeurs versatiles et oublieux que sa fréquentation annuelle réchauffait si bien.